Background Image
Previous Page  6 / 104 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 6 / 104 Next Page
Page Background

4

Pour créer cet ensemble tertiaire ultramoderne à l’angle de la rue

Ménars et Richelieu, il a fallu restructurer les bâtiments existants,

vétustes et peu performants, dégager en cœur d’îlot des cours

communes suffisamment grandes, aérées et éclairées pour composer

des lieux de convivialité et dispenser la lumière jusqu’en sous-sol

en les creusant sur deux niveaux. Les écarts de niveaux entre les

bâtiments donnent une idée de la complexité du chantier, d’autant

que certaines façades, inscrites à l’inventaire supplémentaire des

Monuments Historiques, devaient être conservées.

Pour donner une idée de

l’ampleur des travaux, Dimitri

Boulte, Directeur Général

Délégué SFL, explique :

« Du

fait des contraintes, nous

avons créé une structure

neuve à travers l’existant.

100 % des fondations, c’est-

à-dire tous les poteaux, ainsi

que 100 % des structures

verticales ont été repris. Ce

n’est qu’une fois tout en

charge que nous avons pu

venir démolir. Notre ambition

a été de restructurer cet

ensemble avec les qualités

structurelles du neuf. »

45% des surfaces ont été démolies pour uniformiser les niveaux et

gommer les différences d’altimétrie, rationaliser les circulations

horizontales et verticales afin de retrouver des gabarits compatibles

avec la livraison de plateaux libres et le recadrage des cours mises

en continuité. Ce sont les niveaux enterrés qui ont été les plus

impactés par ces travaux lourds avec 11.000 m² démolis en sous-

sol contre 6.200 m² en superstructure. Des travaux de restructuration

réalisés par les équipes de la filiale Petit de Vinci Construction France.

Edouard DEGAGNY VINCI Construction France

« Vinci Construction France est arrivé sur le projet assez tôt, en juillet

2012. On a démarré avec SFL un comité d’étude qui avait deux

objectifs, entrer dans une enveloppe financière et avérer les études

de conception, estimer si les ambitions pour ce bâtiment étaient

réalisables. SFL se rapprochait d’un majeur du BTP au vu de l’ampleur

du projet mais aussi pour sécuriser un coût et un délai. Faire venir en

amont une entreprise pouvant détecter les problèmes techniques

ou de faisabilité de la conception lui permettait de minimiser les

risques. Cela a débouché sur la signature d’un marché, d’un OS

de démarrage et sur un début de chantier en janvier 2013. En tant

qu’entreprise générale on a réalisé l’intégralité des travaux du projet,

avec différents partenaires sous-traitants, pendant trente-quatre

mois, pour une réception en novembre 2015. On est passé par une

phase très lourde de démolition gros œuvre, qui est vraiment une

spécificité de ce projet, et derrière on a déroulé tous les travaux de

corps d’état. Trente-quatre mois c’est assez rapide pour un chantier

de ce type, le planning était ambitieux, sachant qu’on a récupéré un

bâtiment partiellement curé, non-désamianté, et qu’il a fallu d’abord

faire un diagnostic, puis une phase de curage-désamiantage, avant

un démarrage des travaux de gros œuvre en avril-mai 2013, avec un

phasage de démolition-reconstruction complexe qui nous a amenés

à avoir du gros œuvre jusque très tardivement.

La première difficulté de ce projet reste son ampleur et son

environnement, parisien, hyperdense, au contact de beaucoup

d’autres bâtiments, du bureau, du logement, avec des axes majeurs

de communication autour, la rue du Quatre-Septembre, la rue

Richelieu, et en termes de logistique il n’y avait presque aucune

place, ce qui était une vraie contrainte compte tenu de l’ampleur

des travaux. C’est pour ça par exemple qu’on a utilisé les terrasses

et les cours pendant tout un temps, à défaut de place de stockage

suffisante sur les emprises extérieures. On a installé trois grues, mais

ne serait-ce que pour nos cantonnements, notre base vie, cela a

été très complexe, on n’a pu mettre en place nos bungalows à

l’extérieur, sur la rue Richelieu que fin 2014, jusque-là on a dû vivre

dans l’existant, au milieu des nuisances diverses liées aux démolitions,

au bruit, à la poussière, aux infiltrations d’eau etc.»

PETIT

PETIT, filiale de VINCI Construction France est une entreprise générale de construction centenaire, spécialiste de la réhabilitation. Opérant

majoritairement en Ile-de-France, l’entreprise assure la proximité et la réactivité d’une entreprise à taille humaine tout en valorisant les savoir-

faire et les expertises fortes du groupe.

www.vinci-construction.fr

VINCI Construction France

Expertise et compétences techniques

VINCI Construction France, représenté par sa filiale PETIT spécialisée dans les projets

tertiaires en réhabilitation, a réalisé en entreprise générale la restructuration lourde d’un

ensemble immobilier de bureaux.

#CLOUD est un projet innovant, de rénovation lourde d’immeubles du patrimoine

parisien. Etendu sur 35 000m², le projet est composé de 3 bâtiments formant un centre

d’affaires de haut standing autour de plateaux flexibles et modernes avec de nombreux

services associés : business center, restaurants, espace wellness…

Le principal challenge de ce projet était d’entreprendre des travaux d’une telle

envergure dans un environnement urbain dense et contraint, composé de nombreux

bâtiments de logements et de bureaux.